Une valse dans les allées, Thomas Stuber

Deux personnes en vêtement de travail. Un homme que l’on imagine taiseux, une femme blonde souriante. Un petit morceau de gâteau avec une bougie.. Une bonne idée de ce film. Tout en délicatesse, tendresse, retenue.
Christian vient d’être embauché dans un supermarché de l’ancienne Allemagne de l’est, Il est « pris en main » par Bruno qui gère le rayon boisson. Avec lui, il (re)découvre le monde du travail. On sent qu’il a un passé, passif?, malgré son jeune âge. C’est dans une une petite famille où chacun fait attention aux autres qu’il s’intègre petit à petit. Dans l’équipe, il y a la belle et mystérieuse Marion qui travaille au rayon confiserie.. Très vite, les regards se croisent, des rencontres ont lieu devant la machine à café…
Un très joli film plein d’humanité, de douceur, sans mièvrerie. Des moments drôles quand Christian apprend à utiliser le chariot élévateur . Des moments de poésie, comme quand le responsable du magasin, à la sortie des clients, souhaitent une bonne soirée à l’équipe qui va remplir les rayons, en leur faisant écouter du Mahler..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *