My Lady, Richard Eyre

My Lady, c’est ainsi que la nomme tous les collaborateurs de Fiona Maye, magistrate très respectée de la Haute cour de Londres. sa spécialité : les affaires familiales. Quand le film commence, My Lady, soutenue par son fidèle greffier, doit décider d’autoriser la séparation de deux siamois. Elle doit incarner le droit dans une situation ou le sensible explose. La magistrate dans les débuts de la soixantaine a intégré corporellement, intellectuellement sa fonction jusqu’à sacrifier son couple. Ce que lui reproche son mari qui par provocation(?) lui annonce qu’il va avoir une aventure extraconjugale.. La belle machine est perturbée . Juste au moment où My Lady doit faire face à un nouveau cas difficile : « un médecin demande à la justice de l’autoriser à soigner de force un adolescent atteint de leucémie. Témoin de Jéhovah, Adam refuse en effet toute transfusion sanguine. Fiona doit trancher : « l’intérêt » du jeune homme (Adam) se trouve-t-il dans le respect de ses convictions religieuses ou dans la contrainte à accepter le traitement médical qui pourrait lui sauver la vie ? » (Télérama)..
Un très beau film. Emma Thompson est magnifique dans la peau de cette juge habitée par sa fonction. Elle l’est tellement qu’elle fait une croix sur sa propre vie. La rencontre avec Adam où, l’espace d’un instant, elle fend l’armure pour lui faire exprimer ce en quoi il tient, est magnifique.. Mais porteuse de faiblesse pour elle et sa fonction..

1 commentaire sur My Lady, Richard Eyre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *