Au programme : remise des prix du concours de nouvelles et rencontre avec Annelise Roux
Annelise explique simplement pourquoi elle a choisi le noir en référence à son père qui ne lisait pas ou peu.
Le noir au féminin, c'est autant de force, de noirceur sans les "biscotos".

Comme Villard, elle nous entraîne au cœur de la violence des villes, réalité qu'elle ne connaît pas directement. La fiction plus vraie que le documentaire.

Grâce à elle découverte de Hopper dont je connaissais plusieurs tableaux sans le savoir. La photo contrainte du concours de nouvelle de cette année, lui a fait penser à "House by the railroad" de Hopper.

Mieux connaître Hopper sur Wikipedia et son oeuvre

"House by the railroad"