Le Grand Palais est à nouveau ouvert avec ses verrières magnifiques et une exposition rassemblant des objets et sculptures découverts au fond de la mer. Ces trésors permettent de découvrir l'histoire de l'Egypte. On y découvre, en particulier, comment les différents envahisseurs : grecs, romains.. ont repris à leur compte les divinités locales en les adaptant aux leurs.

Très belle exposition : plus de deux cents photos de ce grand photographe qui porte un regard tendre et amusé sur ses contemporains et en particulier les plus humbles. Doisneau sait merveilleusement bien saisir l'instant : la traversée de passants face une horde de voitures, des baisers dans des endroits improbables,..Paris est lui-même un personnage à part entière du photographe .
Comme l'écrit le Maire de Paris : "Doisneau, le banlieusard, émerveillé par notre capitale et dont le discret objectif sut merveilleusement, avec une tendresse infinie, mettre en lumière le peuple de Paris."

Les archives clandestines du ghetto de Varsovie
Pour accéder à cette exposition, il faut à Paris, aujourd'hui passer à travers un sas, montrer patte blanche.. En dehors de l'exposition permanente, du mur où l'on peut lire les noms de tous ces juifs morts dans les camps, du mur où s'inscrivent petit à petit les noms des justes français, on peut découvrir une exposition à propos du ghetto de Varsovie.
Ces archives ont été construites par des hommes et des femmes qui avaient compris ce qui était en train de se préparer pour tous les juifs de Varsovie. Au moment où la police juive et le conseil juif faisait le jeu des allemands certains s'organisaient pour résister. Les archives retrouvées dans des coffres longtemps après témoignent de ce génocide annoncé