La Mer pour horizon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 28 octobre 2007

A l'abri de rien, Olivier Adam, L'Olivier

Comme beaucoup de mère dans les romans d'Olivier Adam, Marie aime ses enfants, mais elle sombre dans la folie 
Elle vit dans le nord de la France (Dieppe?), avec son mari, Stéphane, conducteur de bus scolaire et ses deux enfants qu'elle adore : Lucas et Lise. 
Elle qui a perdu sa sœur Clara, morte dans un accident de la route, été caissière de supermarché, vit (survit) dans sa petite maison, assommée par les calmants. Et puis un  jour, elle est dépannée par un réfugié sur la route et découvre qu'à coté de chez elle, dans sa ville, il y a plus misérable qu'elle : des réfugiés, prêts à tout pour passer en Angleterre. Elle va se donner corps et âmes à ce combat du pot de terre contre le pot de fer, oublier mari et enfants.. Une espèce de fuite en avant, jusqu'à la folie..
Un très beau roman d'Olivier Adam, où la folie d'habitude très présente dans son oeuvre vient se confronter à la misère de ceux qui viennent chercher chez nous ce qu'ils n'ont pas chez eux au risque de leur vie.

Abd al Malik au Quai des rêves

Une soirée qui fait du bien. 
D'abord une fanfare composée de cinquante musiciens qui accompagne un dj pour un mélange jazz-musique électronique..
Le mélange fait vivre comme celui que l'on peut découvrir autour de ce que fait Eric Marchand associant musique bretonne et musique tzigane..
Abd al Malik est dans le même ton. Face au discours musclé actuel, il propose une France multiculturelle comme ses chansons .
Jacques Brel cotoye le rap et le slam..
Tolérance et écoute..
Le site d'Abdel Malik

La Gravité

A l’arrière train du bus 14 comme à la remorque de la vie, je suis amorphe coté fenêtre
les yeux assis dans le vide à ne surtout pas me demander si la vie me considère comme un
brave.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Tourner en rond dans ces ruelles de la vie que même les lampadaires n’éclairent plus.
Etre baigné dans le noir et pourtant se croire dans la lumière totalement nue. Sortir la
tête de l’eau ou se noyer dans le fantasme…
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Je me blesse tout le temps avec le tranchant de l’orgueil. Je suis de ceux qui lentement
deviennent leur propre cercueil. Je suis aveuglé par des murailles de tour, je me dis :
il ne peut rien y avoir derrière ces rempart.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.
Avoir la prétention d’être soit, on se connaît toujours trop peu. Donner du sens, cette
pensée me rend exceptionnel en ce lieu. Provincer mon existence, il fut un temps où
Paris, j’y serais allé même à la nage.
Je viens d’un lieu où chacun se complait à être grave.

La suite

samedi 27 octobre 2007

Slam dans les Côtes d'Armor

Du slam dans les Côtes d'Armor : cité rap
Rouda sera à Pordic en décembre


Les poètes se cachent pour ecrire

Les poésies se cachent et la plupart naissent lorsque le jour se lève
Au moment où les yeux se mouillent et volent comme un voile que le vent soulève
Je me cache pour écrire ce que ne sauraient dire mes lèvres
Ce que ne saurait dire la lune qui m'envoie ses rêves qui dévorent

Les sentiments que le cœur refoule s'expriment dans mes paragraphes
S'impriment dans le cœur des foules comme le ciment marqué par un graff
Mon stylo et ma main sont comme reliés par une greffe
Je m'accroche aux parois mais je n'ai pas assez de griffes

Les poètes se cachent pour écrire, moi à chaque fois j'ouvre une parenthèse
Où le temps se suspend, où mon esprit surpasse toutes mes hantises
On a encore sur nos peaux les empreintes de la glaise
Qui s'asséchera d'un coup avant que Souleymane se taise

Le silence m'étouffe, mais je reprends mon souffle à chaque mot
Qui me recouvrent d'une étoffe à une époque où les princesses n'embrassent plus les crapauds
L'écriture me délivre, elle ouvre des espaces clos
Dessine des fleurs sur la peau de l'éclopé au sourire presque éclos

C'est pas que j'ai pas de mémoire, mais c'est un vaste trou
Où je me perds lorsque le ciel est noir et que je déteste tout
Les poètes se cachent pour écrire alors cette fois j'oublie tout
Mes défauts, mes atouts, mes défis, mes atomes, moi j'suis fou de ce thème et c'est tout

Les poètes se cachent pour écrire, Souleymane regarde nous
On est sortis de notre cachette et maintenant on vous regarde vous

Credits : Rouda / Les Editeurs du Soir

 

lundi 22 octobre 2007

Boris Vian au "Quai des rêves"

Boris Vian sera à l'honneur au Quai des rêves avec le spectacle: "Et vlan dans les dents".
Découvert un très beau site sur le poète, écrivain, musicien, ingenieur....
Quelques citations et un poème trouvés sur ce site qui le caractérisent bien :

"Ce qui compte, ce n'est pas le bonheur de tout le monde, c'est le bonheur de chacun."
" On se rappelle beaucoup mieux les bons moments ; alors, à quoi servent les mauvais ?"


Je n'ai plus très envie

Je n'ai plus très envie
D'écrire des pohésies
Si c'était comme avant
J'en fairais plus vouvent
Mais je me sens bien vieux
Je me sens bien sérieux
Je me sens consciencieux
Je me sens paressieux.


[...]

Signature de Boris Vian

 

dimanche 21 octobre 2007

Les bois dormants, Fabienne Juhel, Editions du Rouergue

"Après, j'ai continué de me perdre, toute seule, méthodiquement, avec application, tel un malfaiteur, montre en main, réglant une casse". La narratrice s'est toujours perdue. Dans son enfance, dans une fête foraine. 
A trente ans, on lui annonce une tumeur au cerveau. Elle n'a plus que six mois à vivre.. Les infirmières lui racontent des contes. Son mari dit à ses enfants qu'elle est partie aux mures...
Le comas l'envahit.. Elle rêve...Les souvenirs l'envahissent..
La Bretagne est très présente : campagne et mer..
"Un peu de varech, des bouts de cordage tressés de plumes de goélands et d'os de seiche dessineront une frontière de fortune sur le sable sec"
Une écriture très légère, pudique et poétique pour un sujet grave...

samedi 20 octobre 2007

Emilie Loizeau

Soirée très vivifiante (comme la mer) à Bleu Pluriel.
La voix d'Emilie est puissante et fragile.
Ses chansons sont tendres et drôles.
Avec ses musiciens, on devine complicité et tendresse.
Un tourne de disque tourne et le décor change à chaque chanson..
Un final au pied du public a capella.. De l'énergie pour la nuit et les jours qui viennent ..

Jasseron sur Paroles.net

C'est le premier anniversaire de notre rencontre
J't'ai fait un cadeau, non c'est pas une montre
Tu t'rappelles le village dans les Alpes cet été
Cette église incroyable, la vue sur la vallée

Ça fait un an aujourd'hui que nous nous connaissons
Je t'ai fait un cadeau, non c'est pas des bonbons
Ca s'décore, ça s'visite, j'ai pensé aux enfants
Quand même pas un chalet, tu devines pas mon ange ?

Une concession, une jolie concession... hum, hum, hum
Dans le petit cimetière de Jasseron

C'est pas la plage de Sète
C'est pas non plus la Crète
C'est pas le Parthénon
Un genre de panthéon
C'est pas Ur, ni Ephèse
J'serais une belle mère-Lachaise
C'est pas le Taj-Mahal
Putain, c'est pas banal

Une concession, une jolie concession... hum, hum, hum
Dans le petit cimetière de Jasseron

Tu refuses l'amour éternel à nos p'tits corps
Mon amour, l'amour éternel, c'est avant la mort
J'aurais imaginé un cadeau moins macabre
Qu'une dalle en béton
On peut prendre un beau marbre
Faire un jardin d'hiver
Pourquoi pas un palais
Je t'aime et je vais en faire une pour de bon :

Une concession, une jolie concession... Hum, hum, hum
Le premier attend l'autre à Jasseron
Une concession, une jolie concession... Hum, hum, hum
Le premier attend l'autre à Jasseron.

Le site d'Emilie

 

dimanche 14 octobre 2007

Le polar nordique est à la mode (à juste titre)

Encore un article du "Monde des livres" de vendredi : Mankell, Nesbo, Indridadson.. sont très lus et appréciés en ce moment.
Il y aussi Arni Thorarinsson, découvert cet été pour "le temps de la sorcière".
On peut lire une très belle interview de lui sur Bibliosurf.
"La société islandaise change très vite. Ce n’est plus une société insulaire où chacun connaît ses voisins et fait attention à eux. Elle a tous les problèmes des sociétés plus grandes, juste à une plus petite échelle."
"La société islandaise a cessé d’être isolée et « innocente », les gens voyagent, des étrangers visitent le pays, et la technologie, avec Internet, l’a ouverte à toutes les influences d’autres sociétés, influences à la fois positive et négative, criminelle et créative."

samedi 13 octobre 2007

"L'idée que je me fait de mon pays" Nicolas Sarkozy

"(...) l'idée que je me fais de notre pays, la France, c'est que, chaque fois que quelqu'un est injustement opprimé, ce quelqu'un-là devienne français immédiatement. Non pas par les papiers, non pas par l'administration mais il devient français parce que sa souffrance devient une souffrance qui doit être portée par la France."

Nicolas Sarkozy en Roumanie lu sur Arrets sur images

On croit rêver !!! ou cauchemarder au choix!!!

mercredi 10 octobre 2007

St Thélo, la mémoire du lin

 

St Thélo

La culture du lin a fait la richesse de cette partie du centre Bretagne entre 1670 et 1830.

La maison du lin nous propose de revenir sur cette histoire à partir  notamment des travaux de Jean Martin.

Par ailleurs, St Thélo a proposé à l'artiste Tadashi Kawamata de faire revivre ce passé à travers une installation intégrant d'anciennes maisons de tisserands. Artiste que nous avions découvert sur un même type de projet pour Estuaires

 

mardi 9 octobre 2007

Kizellan, Mellionnec près de Rostrenen

 

KIZELLAN

MELLIONNEC

L'art à la campagne
L'art pour exister en centre Bretagne

 

lundi 8 octobre 2007

La trempe, Magyd Cherfi, Actes sud

Deuxième recueil de textes de Magyd Cherfy. Souvent plus durs que dans le recueil précédent. Avec notre nouveau Président, croire dans l'intégration, devient de plus en plus difficile. 
"C'est dans la transmission aux nouvelles générations que se bâtira la France métisse, transmission dans laquelle le métissage de la peau se posera comme une chance, comme une supériorité de la condition humaine, comme une élévation fraternelle et intellectuelle, comme une force à faire de ce monde un espace de droit et d'amitié". 
Il est beaucoup plus tendre quand il parle de sa mère qui arrivait à trouver malgré la ribambelles de gamins, le temps de moments (rares) intimes avec chacun. . 
"J'aimais me retrouver seul avec maman, ces jours-là, elle desserrait l'étau, elle posait son gros balluchon de mère nourricière et devenait une autre femme. Une femme tout court, aimante, reposée et pleine d'attentions. Une femme qui pensait soudain à elle.."
Il regarde aussi avec du recul l'histoire avec Zebda. "J'essayait d'insinuer de l'universel dans le texte mais il choisissait tout le temps le camp palestinien"..

Il faut encore croire et faire vivre l'idéal laïc, démocrate et respectueux de Magyd à l'heure des tests ADN..
"Il ne suffira pas d'être démocrates, il nous faudra être respectés. Tout simplement respectés.."

 

 

 

dimanche 7 octobre 2007

Un secret, Claude Miller

François vit seul avec ses parents.
Tania, sa mère est mannequin et très sportive, plongeuse accomplie. Son père est gymnaste. Il les admire lui qui est gringalet avec un corps tout blanc. François rêve d'un frère qui comblerait sa famille. Il serait sportif, musclé.. Face au silence pesant familial, il essaye d'imaginer l'histoire de ses parents pendant la guerre et dont ils ne parlent jamais. Ils sont juifs tous les deux mais Maxime, le père refuse sa judaïté. Il fait même baptiser François.
Et c'est Louise , l'amie de toujours des parents et la confidente de François qui va lui apprendre la vérité. Le premier mariage de son père, l'existence d'un demi-frère, la mort en camp de concentration de cette première femme et de cet enfant.. La culpabilité, le silence, le mensonge..
Un très beau film où chacun se retient, ....De très beaux acteurs : Cécile de France, Patrick Bruel, ..

 

 

jeudi 4 octobre 2007

Manu Chao et Wozniak

Concert sur France inter, CD Télérama, nouveau CD, interview dans Ulysse.. On parle beaucoup de Manu Chao en ce moment.
"Je rêve d'un monde ou le bonheur ne serait pas interdit"
"Si tu n'arrives pas à bouger les choses en bas de chez toi, comment faire pour changer le monde?"
J'aime beaucoup aussi son copain Wozniak, l'illustrateur de "Sibérie m'était contée"
Pour continuer avec eux : extraits vidéos, musique  ..

mercredi 3 octobre 2007

Touche pas à mon ADN : signez la pétition

Pétition contre les tests ADN


En instaurant des tests ADN pour prouver une filiation dans le cadre d’un regroupement familial, l’amendement Mariani, adopté par l’Assemblée Nationale, fait entrer la génétique dans l’ère d’une utilisation non plus simplement médicale et judiciaire mais dorénavant dévolue au contrôle étatique.
Cette nouvelle donne pose trois séries de problèmes fondamentaux.


Tout d’abord, des problèmes d’ordre éthique. En effet, l’utilisation de tests ADN pour savoir si un enfant peut venir ou non rejoindre un parent en France pose d’emblée cette question : depuis quand la génétique va t’elle décider de qui a le droit ou non de s’établir sur un territoire ? Au-delà, depuis quand une famille devrait-elle se définir en termes génétiques ? Sont pères ou mères les personnes qui apportent amour, soin et éducation à ceux et celles qu’ils reconnaissent comme étant leurs enfants.

Ensuite, cet amendement fait voler en éclats le consensus précieux de la loi bioéthique qui éloignait les utilisations de la génétique contraires à notre idée de la civilisation et de la liberté.

Enfin, cet amendement s’inscrit dans un contexte de suspicion généralisée et récurrente envers les étrangers qui en vient désormais à menacer le vivre ensemble. Car tout le monde s’accorde à dire que la fraude au regroupement familial ne peut être que marginale au regard des chiffres d’enfants annuellement concernés et au regard de l’absence de raison substantielle qu’il y aurait à frauder dans ce domaine. En effet, quelle étrange raison pousserait les immigrés à faire venir massivement dans notre pays des enfants qu’ils sauraient ne pas être les leurs ? Autrement dit, l’amendement instaurant les tests ADN n’a pas pour fonction de lutter contre une fraude hypothétique mais bien de participer à cette vision des immigrés que nous récusons avec force.

Nous sommes donc face à un amendement qui, sur les plans éthique, scientifique et du vivre ensemble introduit des changements profondément négatifs. C’est pourquoi, nous, signataires de cette pétition, appelons le Président de la République et le Gouvernement à retirer cette disposition, sous peine de contribuer, en introduisant l’idée que l’on pourrait apporter une réponse biologique à une question politique, à briser durablement les conditions d’un débat démocratique, serein et constructif sur les questions liées à l’immigration.

Pour signer la pétition

 

mardi 2 octobre 2007

"Le développement durable va révolutionner l'architecture"

Une interview intéressante dans le Monde d'aujourd'hui : celle de l'architecte Françoise-Hélène Jourda

*Une "architecture durable", ça veut dire quoi ?*
Pas grand-chose. Je préfère parler d'architecture responsable. Cela implique de répondre aux besoins du présent sans mettre à mal la possibilité des générations futures de répondre à leurs propres besoins. Pour cela, il faut préserver les moyens laissés à leur disposition. On a été irresponsables pendant très longtemps.

*Qu'est-ce que ça implique en matière de construction ? *
Une bonne gestion de cinq ressources : le sol, les matériaux, l'eau, l'air et l'énergie. Il faut utiliser le moins de terrain possible, densifier et rentabiliser les infrastructures existantes. Privilégier les matériaux renouvelables, récupérables, recyclables. Minimiser le besoin en eau, utiliser la pluie. Ne pas polluer l'air extérieur par des rejets comme ceux des climatiseurs. Enfin vient la question de l'énergie, la plus complexe.

*Pourquoi ?*
Il faut limiter l'énergie consommée par le bâtiment et par sa maintenance, par l'isolation et en produisant des énergies gratuites et renouvelables, solaires avant tout. Mais il faut aussi prendre en compte ce qu'on appelle l'énergie "grise", consommée par les matériaux eux-mêmes depuis leur production jusqu'à leur traitement en fin de vie. Le bois a une énergie grise très faible ; l'aluminium est très mauvais. Le béton est entre les deux, mais il n'est pas recyclable, gros handicap.

Tout l'article


Joni Mitchell pour se faire plaisir :