Deuxième recueil de textes de Magyd Cherfy. Souvent plus durs que dans le recueil précédent. Avec notre nouveau Président, croire dans l'intégration, devient de plus en plus difficile. 
"C'est dans la transmission aux nouvelles générations que se bâtira la France métisse, transmission dans laquelle le métissage de la peau se posera comme une chance, comme une supériorité de la condition humaine, comme une élévation fraternelle et intellectuelle, comme une force à faire de ce monde un espace de droit et d'amitié". 
Il est beaucoup plus tendre quand il parle de sa mère qui arrivait à trouver malgré la ribambelles de gamins, le temps de moments (rares) intimes avec chacun. . 
"J'aimais me retrouver seul avec maman, ces jours-là, elle desserrait l'étau, elle posait son gros balluchon de mère nourricière et devenait une autre femme. Une femme tout court, aimante, reposée et pleine d'attentions. Une femme qui pensait soudain à elle.."
Il regarde aussi avec du recul l'histoire avec Zebda. "J'essayait d'insinuer de l'universel dans le texte mais il choisissait tout le temps le camp palestinien"..

Il faut encore croire et faire vivre l'idéal laïc, démocrate et respectueux de Magyd à l'heure des tests ADN..
"Il ne suffira pas d'être démocrates, il nous faudra être respectés. Tout simplement respectés.."