"Je n'ai jamais trouvé le point de fuite de l'holocauste, je n'ai jamais vraiment su où me situer sur son horizon".
"Je lis pour m'ouvrir à toutes les émotions, comme la fille de parents qui ont éprouvé une perte inimaginable. Je lis pour être courageuse, pour apprendre à naviguer dans les eaux mouvantes du monde"
"Je suis perdue dans la mémoire. C'est un lieu dont il n'existe aucune carte, dont on n'a pas oublié la latitude pour m'aider à revenir sur mes pas jusqu'à mon point de départ."
Bernice Eisenstein raconte et dessine son histoire de fille de déportés juifs. Ses parents se sont rencontrés à Auschwitz et mariés peu après la libération avant d'émigrer au Canada. Bernice dit sa difficulté a comprendre et à connaître l'histoire de ses parents. Comment se construire quand tout une partie de la vie de ses parents est tue mais transpire de leur façon d'être de réagir. 
Bernice nous raconte comment elle a petit à petit découvert l'histoire de son père, comment il a survécu sans que celui-ci ne puisse le lui raconter ("La parole ou la vie" de Jorge Semprun"). Elle nous dit aussi comment sa mère, elle, a pris la parole pour témoigner, dire comment elle a échappé aux expériences médicales de Mengele.
Ce livre est aussi un hommage à la lecture qui l'a aidé à comprendre : Primo Levi, ElieWiesel..
Un très beau livre sensible et  tendre.