Comme Higelin en concert, ce film redonne confiance dans la vie, les gens, le collectif, sans grands discours. A l'opposé de notre Président, Cédric Klapisch croit dans l'attention aux autres, dans le respect des personnes.. Le bien que l'on se fait en étant ouvert aux petites choses de la vie.
Et pourtant, c'est parce qu'il va peut-être mourir que le personnage joué par Romain Duris observe autrement les gens qu'il aperçoit de son balcon et qui vont se croiser, se rencontrer.
Les rencontres se font au marché. Lieu de paroles et de toutes les attentions. Celles de Juliette Binoche en tant qu'assistante sociale comme celles de Albert Dumontel, marchand de légumes.
Mais aussi à la boulangerie, avec un rôle haut en couleur et très réaliste joué par Karin Viard.
Paris est le personnage le plus important du film. Il fait le lien, il est le lien.
C'est lui qui fait se rencontrer (grâce aux SMS), un Fabrice Luchini, délirant en professeur de fac vieillissant, tombant amoureux de l'une de ses étudiantes.
Fraçois Cluzet est lui aussi excellent en architecte, voulant faire le bonheur des autres sans leur demander leur avis..
Des destins se croisent, s'entrecroisent et c'est du lien social créé par la ville à travers ses petits commerces, ses rues, ses cafés..
Un très beau Cédric Klapisch. Le sens du monde, de la vie n'est pas du coté de l'arrogance, de l'argent... A nous de vivre d'autres possibles..
C'est ce qu'ont fait tous ces artistes, anonymes le 21 février, venus soutenir l'action d'associations pour un logement digne de tous.