C'est un peu l'histoire d'Auguste le Breton que nous raconte ce film. Comme le dit bien la critique de Télérama, la vie n'était pas drôle pour les enfant des maisons d'éducation surveillée en France comme ailleurs dans les années trente. Cela laisse imaginer ce qu'étaient les prisons de l'époque..
Yves Tréguier arrive, un soir, après sa troisième évasion d'un orphelinat, dans cet enfer pour enfants. L'accueil est à l'image du reste : hurlements, insultes et coups des surveillants, bizutage des autres pensionnaires.
Yves va devoir trouver sa place dans un univers dangereux : menace de viol de caïds plus âgés, sadisme des surveillants..
Il survit quand même grâce à un petit groupe solidaire : le "fils de famille" passionné de piano, le "grand " spécialiste de la mécanique..
Les adultes sont  sadiques,  alcooliques comme le gardien du dortoir noir désespéré de se trouver loin de son Afrique, blasés comme le Directeur..
Heureusement Yves a toujours un projet d'évasion d'évasion en tête..