Des spectateurs enthousiastes comme d'habitude malgré une heure d'attente sous la pluie.
C'est une jeune troupe chilienne : Gran Reynata qui interprète ce spectacle conçu par Jean-Luc Courcoult.
Difficile de raconter l'histoire. Voici ce que dit le texte de présentation du festival Art Rock : "Le père se prend pour John Travolta, la mère pour Lisa Minelli, ils auront trois enfants. Voici l'histoire pas si tranquille de gens simples fascinés par les vedettes d'Hollywood, vue à travers les rêves et la vie quotidienne du père. Son téléphone portable est étonnant: il peut, au cours de ses cauchemars joindre sa femme dans la réalité. Deux destins se déroulent : l'un vrai, l'autre pas. Lequel est réel ? Lequel est rêve ? Mélodrame mythologico-musical où le spectateur doit trouver son chemin."
La guerre en Irak, le pouvoir des militaires, la surcommunication.. sont dénoncés dans le style grand guignol..Ce qui est éblouissant, c'est la fraicheur, l'inventivité, l'énergie des comédiens. Ils sont musiciens, chanteurs, comédiens, danseurs, accessoiristes.. Et comme la pluie était de retour, nous avons eu droit à un final sur l'air de "singing in the rain" avec des comédiennes en ciré jaune arrosées par les autres (comme s'il ne pleuvait pas assez!!).
A la Bibliothèque municipale, on peut aussi découvrir une très belle expo de photo d'Hervé Le Gall : "Girls Rock". On peut admirer des clichés des vedettes des précédents festivals comme la grande Patti Smith présente l'an dernier.