Le prix unique du livre est en danger. J'ai découvert cette information sur Bibliobs.
Cet appel est relayé sur le blog "Lectures et autres".
Face au développement des mastodontes en ligne (amazon), je crois vraiment qu'il nous faut favoriser l'existence de librairies indépendantes de proximité.
Toutes celles que j'aime sont des lieux de rencontre, d'échange avec le libraire mais aussi entre lecteurs.
Il faut maintenir le prix unique du livre!!

Envie aussi de signaler, cet appel de Christophe Deltombe, Président d'Emmaus France à propos des sans papiers dans le Monde :

" Combien d'étrangers en situation irrégulière, mais parfaitement intégrés à la société française, vivent avec la peur au ventre parce qu'à tout moment un contrôle d'identité peut faire basculer leur vie ? D'où vient qu'il faille ainsi reconduire à la frontière des étrangers sans problème et utiles à notre économie ? La France n'est-elle pas précisément un pays d'immigration qui s'est enrichi des apports économiques et culturels de vagues successives d'immigrants ?
Des démographes tels qu'Hervé Le Bras nous apprennent qu'au motif que la France est considérée traditionnellement comme un pays d'immigration, on a pour habitude de ne pas comparer l'immigration à l'émigration. Or ils nous montrent que le solde migratoire est positif de l'ordre de 6 000 personnes par an, ce qui veut dire qu'il est quasi nul, car sur la décennie 1993-2002, 520 000 personnes ont quitté le territoire français."
"Il faut se pencher sereinement sur cette question, adopter des principes objectifs qui ne laissent pas aux préfets une marge d'appréciation telle que l'arbitraire soit le plus souvent la règle. Il faut que les acteurs socio-économiques aient leur mot à dire. Il faut tenir compte des avis de ceux qui côtoient, secourent, soignent ces populations, et sortir du désastreux spectacle donné par cette politique du chiffre qui assimile les immigrés sans papiers à des volumes de marchandises à produire."
"Et puis, ayant opéré cette mue du regard sur ces hommes, ces femmes et ces enfants, la France qui va présider en juillet l'Union européenne se montrerait digne de sa vocation de patrie des droits de l'homme en s'opposant à l'adoption annoncée, avant la fin du mois de juin, de la circulaire "de la honte", circulaire qui prévoit de prolonger la durée de rétention des sans-papiers dans les différents pays européens à dix-huit mois, véritable scandale humanitaire."