Les bégonias est une maison de retraite située en banlieue parisienne. Ce roman nous fait partager une journée de la vie des "habitants" de cette petite collectivité : personnes âgées, personnel soignant et de service, directeur, visiteurs. 
On y découvre les difficultés à vivre en collectivité pour des personnes qui ont été autonomes toute leur vie. Les amitiés entre voisines de chambre mais aussi  la jalousie qui peut survenir .. On est ému par l'amour qui vient  entre un grand père et une grand mère.. 
Camille de Peretti nous dit la culpabilité des parents des résidents de cette maison de retraite mais aussi la difficulté à supporter des personnes qui deviennent insupportables..
Cette résidence est aussi un lieu de vie où une infirmière peut devenir l'amante du fils d'une patiente ou encore du Directeur de l'établissement.
Nous vivons avec les résidents des moments tous simples de la vie de tous les jours, d'autres plus difficiles à vivre : la mort d'un proche, la maladie mentale..
Ce livre nous dit que l'on peut se "blinder" pour tenir dans un lieu où l'on côtoie la mort tous les jours ou, au contraire, choisir de  donner de la tendresse, de la compréhension comme le fait l'aide soignante antillaise.
Un très beau roman sans angélisme sur la fin de vie, sur le vieillissement, sur ce qui change quand on vieillit mais aussi sur tout ce qui continue à exister : l'amour, l'amitié, la tendresse, la jalousie..
L'auteur s'est inspirée de la Vie mode d'emploi de Georges Perec pour mettre en place les contraintes qui lui ont permis d'écrire ce livre..