La Mer pour horizon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 février 2007

Le Dernier roi d'Ecosse

Nicholas Garrigan, jeune médecin écossais débarque en Ouganda pour fuir sa famille et en particulier, son père lui même médecin et modèle encombrant. Il est autant attiré par l'aventure, l'envie de s'éclater que l'idée de "servir" les autres. Un jour, par hasard, il est amené à soigner Idir Amin Dada, nouveau maître du pays. Il est séduit par l'ambition de cet homme pour son peuple : il semble simple, proche des paysans, souhaite développer écoles, hopitaux, routes..
Idir s'entiche du petit médecin écossais qui tranche par son franc parler avec ses conseillers. Mais petit à petit, Nicholas, va découvrir l'homme que devient Amin Dada, un tyran sanguinaire et paranoïaque...
Rien n'est simple dans ce film qui nous fait approcher la fascination, le charme que pouvait dégager ce tyran. On voit bien aussi comment les puissances occidentales et en particulier les anglais ont tiré partie au moins au début de cet ancien soldat britannique pour maintenir leur influence en Afrique.
Plus d'infos sur le film, sur l'Ouganda et Amin Dada


 

mardi 13 février 2007

Pars vite et reviens tard

D'abord, la crainte d'être déçu, de ne pas retrouver l'univers de Fred Vargas. Et puis, bonne surprise. On retrouve des personnages décalés. Un commissaire Adamsberg qui mène l'enquête à sa façon, en humant l'air des rues de Paris autour de Beaubourg.
Avec lui, on découvre une petite communauté réunie autour d'un vieux professeur joué par Michel Serrault.  Il y a Marie et Damas, "couple" de demi-frères et sœurs . Il y a le crieur (joué par Olivier Gourmet) qui, chaque jour crie les petites annonces déposées dans son urne et qui sera le premier à annoncer l'arrivée des décès. Adamsberg est déjà sur la brèche alerté par d'étranges graffitis peints sur des portes d'immeubles. La peste est peut-être revenue et Adamsberg n'a plus tout son flair. Camille, son amie est partie..
La critique d'allociné

La vie des autres

Wiesler fait partie de la Stasi, police politique de l'ex Allemagne de l'est. Il fait son travail d'informateur avec compétence et conviction. Un parfait bureaucrate du renseignements. A coté de son travail, sa vie est un désert éclairci parfois par la venue (rapide) de prostituées.
Sa vie va changer petit à petit quand il doit surveiller la vie d'un écrivain à succès : Georges Dreyman et son amie, la comédienne : Christa-Maria Sieland. Il vit leurs interrogations sur le système communiste à travers les écoutes mises en place dans leur logement. Le suicide d'un auteur ami du couple qui ne supporte plus la chape de plomb va radicaliser George et amener Wiesler à "trafiquer" les compte-rendus qu'il doit effectuer sur son compte pour le protéger.. Un très beau film qui fait penser à "Good Bye Lenin".

La critique d'allocine