La Mer pour horizon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 23 mars 2008

A bord du Darjeeling limited

L'affiche du film dit déjà beaucoup. Un conte des mille et une nuit ? Trois frères trentenaires se retrouvent, en Inde, dans un train, pour un long voyage. L'aîné se sent investi d'une mission vis à vis de ses deux frères. Il  a tout organisé  le voyage dont l'un des buts est de retrouver leur mère devenue religieuse, dans un orphelinat. Le début du périple est propice à faire resurgir toutes les petites rivalités ou jalousies héritées de l'enfance . Descendus du train pour cause de refus de respect des règles du contrôleur, ils vont se trouver confrontés à une réalité indienne moins idyllique. Trois jeunes enfants indiens se noient. Ils n'en sortiront que deux vivants de la rivière. Chacun des frères va ressortir transformé du voyage : l'un acceptera l'idée d'être père, l'autre de ne pas vouloir tout régenter pour les autres, le troisième la séparation d'avec son amie.. Et les trois, une autre façon d'aborder leur relation fraternelle : plus libre, débarrassée d'un certain poids lié à l'enfance.
Un film drôle, tendre, gai.. avec une bonne musique..
Le site du film

jeudi 20 mars 2008

L'heure d'été

J'ai été déçu comme Lo par ce film que j'attendais. Parti d'une idée intéressante, Olivier Assayas ne va pas jusqu'au bout. J'ai trouvé que ses personnages n'avaient pas vraiment de chaires, les relations entre eux sont très superficielles. C'est pourtant une situation qui pourrait nous toucher tous : la mort d'une mère, la question de l'héritage, des souvenirs, de la maison de famille. Les objets : tableaux, oeuvres d'art ont une place très importante dans le film. Les individus moins, ils ne sont que croqués..
Cependant, l'évolution des familles est bien abordée. Chacun vit sa vie loin des autres et le retour à la maison familiale peut avoir quelque chose d'artificiel. C'est aussi l'émergence d'une société sans réelle mémoire mais celle-ci peut-être pesante..
Dommage!!!
Un point de vue plus positif

mercredi 19 mars 2008

Julia

C'est super le Printemps du cinéma.. Beaucoup aimé ce film et la performance de Tilda Swinton qui est Julia.
Un personnage qui va évoluer tout au long du film. Julia est une femme qui se suicide à petit feu dans l'alcool. Tous les soirs, elle rentre ivre après avoir passé la nuit avec des hommes rencontrés dans les bars. Pas de but, pas d'espoir, personne à aimer.. Un jour, au cours d'une soirée aux alcooliques anonymes, elle rencontre une jeune femme dépressive qui lui propose d'enlever Tom, son fils. Le petit est élevé par son grand père, riche industriel. Julia va croire qu'enfin son heure est venue et qu'elle va pouvoir encaisser le pactole pour la rançon de l'enfant. Elle va, alors, se trouver entraînée dans une aventure qui la conduira à envoyer un homme dans le coma, en tuer un autre.. Mais surtout à se prendre petit à petit d'affection pour Tom. ..Et à peut-être changer de vie sous le soleil du Mexique..
Un point de vue qui va dans le même sens et celui-ci aussi

dimanche 16 mars 2008

MR73, Olivier Marchal

Olivier Marchal ne fait pas dans la dentelle. Noir c'est noir. La vie des policiers, les locaux sales et ténébreux.. La lumière est froide. Louis Schneider (Daniel Auteuil) est flic au SRPJ de Marseille. Il est au bout du rouleau. Sa femme vit comme un légume dans un lieu de soin. Il ne tient que grâce à l'alcool et à son travail de traque contre les assassins. Un travail qui l'a détruit de l'intérieur comme la plupart de ses collègues. Comment résister, comment garder une part d'humanité quand on est confronté quotidiennement à la corruption, à des tueurs fous ? Louis fait une affaire personnelle de la lutte contre ces criminels. Malgré l'alcool, son flair professionnel lui permet, dans la douleur, de mettre hors d'état de nuire un tueur de femme. Il est rattrapé par une affaire qu'il a élucidé au début de sa carrière. Le criminel, âgé, va bénéficier d'une remise de peine pour bonne conduite... Justine, la fille du couple assassiné attend cette sortie avec angoisse. ..
C'est l'univers de Police District, de Quai des Orfèvres, des livres d'Hugues Pagan que l'on retrouve ici. Pas de place (ou si peu à la fin) pour l'espoir, la tendresse, les bons sentiments. Malgré des lourdeurs, MR73 est un très beau film servi par un Daniel Auteuil complètement investi dans son rôle.
La critique de Télérama.

mercredi 12 mars 2008

12h08, à l’est de Bucarest


Elle est triste la Roumanie de ce film proposé dans le cadre de la semaine des Fondus déchainés
Immeubles soviétiques sales, les pieds dans la boue. Même la neige est sale. Et pourtant les personnages de "12h08, à l'est de Bucarest" veulent participer à la modernité ou plutôt faire comme si. Ils sont trois qui vont se retrouver sur un plateau d'une télévision de caricature pour débattre un soir de Noël. Le thème du débat : la révolution a t'elle eu lieu dans leur petite ville? 
"C’est un film qui raconte une révolution et ses seize années écoulées dans le huis clos d’un studio au décor estampillé Ancien Régime. C’est un film burlesque quand tous ses personnages se prennent au sérieux." Marie-José Sirach (L'Humanité)
"Porumboiu (le réalisateur) donne à suivre trois personnages, un mec un peu entrepreneur, minable mais pas méchant, reconverti présentateur de télé locale, un prof désabusé buvant trois fois l'argent du ménage par mois, et un vieux gaga, sosie de l'acteur Toto, maître de la cocotte en papier et qui fait le Père Noël dans les écoles depuis cinquante ans. Ces trois-là vont débattre ­ enfin, façon de parler ­ quarante minutes durant. C'est un geste suicidaire, quarante minutes de débat dans un film." Philippe Azoury (Libé)
Et pourtant, on rit. Jaune souvent.

Critique de Libé
Critique de l'Huma

dimanche 9 mars 2008

Bienvenue chez les chtis

Un succès étonnant. Les billets étaient réservés. Nous sommes arrivés un quart d'heure avant et placés .. devant l'écran..
Un public très populaire. Des spectateurs qui applaudissent à la fin... 
Comment expliquer? 
Un ancrage fort en région malgré les clichés.
Une valorisation de la convivialité, de l'accueil, de la "bonne franquette" à l'heure où ce qui est mis en avant par les médias est plutôt la compétition, l'individualisme..
C'est en tout cas, un juste hommage à une région et à ses habitants chaleureux et accueillants.

Le site du film