Une édition orientale mais pas seulement.

Temps splendide, mer bleue, découverte de l'Hotel Alpha océan.
Des débats passionnants, permettant la découverte d'auteurs inconnus ou de mettre un visage, une pensée sur un livre aimé.
Comme l'an dernier, essai de définition de ce que peut vouloir signifier le concept de littérature monde proposé par Michel Lebris. De plus en plus d'écrivains ont des racines et écrivent dans une autre langue. La jeune écrivaine coréenne : Eun Ja Kang en est une des exemples les plus frappants. Elle a voulu s'imprégner complètement du français, langue complètement exotique pour elle. La Francophonie va de plus en plus se libérer de la France. Le français, vivant sa vie, évoluant grâce à des locuteurs issus de pays très différents et plus nombreux que les français de souche.
Stella Baruk, connue pour ses écrits mathématiques, a elle aussi bien montré comment on peut s'emparer d'une langue étrangère pour les valeurs qu'elle porte.

Fatou Diome, découverte il y a deux ans pour "le ventre de l'atlantique" est intervenue avec humour, tendresse dans un débat où elle a retrouvé avec émotion, Benoite Groult dont les textes l'ont fait grandir, souhaiter l'émancipation lors de son enfance sénégalaise. Les points de vue de ces deux femmes se sont éloignés sur la place à faire aux personnes âgées dans la société. Benoite Groult s'inquiétant de la charge que le vieillissement impose à la société mais aussi revendiquant le droit à choisir le moment de partir. Fatou Diome insistant sur l'importance de démontrer leur utilité aux anciens pour les aider à conserver l'envie de vivre.

Le débat sur les jeunes talents a été un peu raté, je trouve. Les échanges portant essentiellement sur la forme, les postulats sur l'écriture. François Bégaudeau est resté ainsi bien théoricien. Découvert cependant Olivier Adam et son "falaise" et envie de lire Tanguy Viel, amoureux de la mer.

L'amour tarifé peut-être quand même de l'amour. Jean Noel Pancrazi et Dany Laferrière l'expriment avec émotion et délicatesse. Pourquoi sommes-nous aimé? Le sommes-nous vraiment? L'amour apporté par de jeunes gens de pays pauvres à de riches européens pour de l'argent peut se transformer en amour véritable.

Retrouvé dans le premier débat du samedi matin, le sensible Pierre Pelot, amoureux des mots et des Vosges.